Qualité et RSE - Mêmes fondements / Mêmes finalités

Par Corinne STRAUSS, AFQP Bourgogne

 

Les fondements du management de la qualité reposent sur 8 grands principes :   

  • 3 grands principes de Gouvernance : Leadership, Implication du personnel, Approche factuelle pour décider,
  • 2 grands principes tournés sur les Parties Prenantes externes principales de la Qualité : Orientation Client, Relations mutuellement bénéfiques avec les fournisseurs,
  • 2 principes d’Organisation : Approche Processus, Approche Système,
  • Et le principe fondamental d’engagement volontaire d’Amélioration Continue.

Est-ce trop simple de résumer ces 8 principes de la Qualité et la finalité des démarches Qualité, en disant qu’une entreprise performante et responsable est une entreprise, qui améliore en permanence sa gouvernance, son organisation, son management et les relations avec toutes ses parties prenantes ?  Directement, au service de ses clients, de son développement. Et indirectement, pour préserver le dialogue et l’équilibre entre ses intérêts et les intérêts de toutes ses parties prenantes.

Aujourd’hui, les nombreuses entreprises, qui se sont engagées en Qualité, témoignent de l’effet structurant des démarches. Une fois digéré l’effort initial nécessaire à la mise en place d’un système de management de la qualité, les dirigeants considèrent ISO9001, comme un formidable outil référentiel, pour dynamiser durablement la gouvernance, et pour adapter en permanence son organisation, son management  et sa communication. Ce sont exactement les mêmes fondements, qui permettent de construire la Responsabilité Sociétale de nos organisations !

On peut dire que la RSE va plus loin que la Qualité ou qu’elle renforce les démarches Qualité, parce qu’elle ouvre les performances et la responsabilité de l’entreprise sur de nouvelles parties prenantes, sur de nouveaux domaines ou enjeux. Parmi les nouveaux enjeux, on peut penser aux suivants : Intégration territoriale, Prise en compte des intérêts, de la santé et de la sécurité des consommateurs ou utilisateurs, Egalité des chances, Travail des personnes handicapées,…Parmi les nouvelles parties prenantes, on peut penser aux générations futures, aux communautés voisines de nos activités, aux institutions et collectivités territoriales…

Mais finalement, si ces nouveaux enjeux devenaient ceux du maintien de nos activités, de nos marchés ? Si ces nouvelles parties prenantes étaient tout simplement nos futurs clients, les consommateurs de nos innovations, les initiateurs de notre développement, nos partenaires pour la conquête de l’économie du 21ème siècle ?