Interview de Marie VALADE, Responsable qualité du CFA des 13 Vents

Mercredi 24 février 2016

Le CFA des 13 Vents est un centre de formation d’apprentis de 56 personnes à Tulle (19). 

Après avoir reçu le Prix Limousin Qualité Performance 2015, le CFA des 13 Vents vient de recevoir le Coup de Coeur du Jury du Prix des Bonnes Pratiques Qualité Performance. 

France Qualité a interviewé Marie VALADE, Responsable qualité du CFA des 13 Vents

France Qualité : A quelle occasion avez-vous décidé de vous inscrire dans une démarche de management par la Qualité ?
La direction a commencé à s’y intéresser en 2010. Le poste de responsable qualité a été créé en 2011.

Dans quelle situation votre entreprise se trouvait-elle à l’époque ?
En 2005, la direction a repris l’établissement avec pour objectif de le redresser. En 2011, à mon arrivée, il était en développement. Notre financeur principal, le Conseil Régional, a commencé à parler de Qualité. La stratégie a donc été d’être le premier CFA certifié.

Comment avez-vous concrètement mis en œuvre cette orientation stratégique ?
Le personnel du CFA n’avait pas ou très peu de connaissance dans ce domaine. Chargée de qualité mais également d’hygiène, de sécurité et d’environnement, mon point d’entrée a été la prévention des risques professionnels. L’approche risque parle au personnel, la qualité vient en support pour  l’organisation de ces démarches. Parallèlement, les réunions hebdomadaires avec les chefs d’équipe m’ont permis inculquer la culture qualité par le haut. Nous avons trouvé des outils adaptés pour structurer l’organisation, formaliser une cartographie des processus…

Comment vos collaborateurs ont-ils accueilli et accompagné la démarche ?
A mon arrivée, la plupart de nos équipes était en place depuis longtemps dans l’établissement,  l’accompagnement au changement s’annonçait comme un défi. Les pilotes de processus ont rapidement vu l’intérêt de cette démarche, qui a permis de décloisonner les services et de résoudre les dysfonctionnements avec des outils simples. La démarche est aujourd’hui bien déclinée à tous les niveaux, jusqu’aux formateurs.

Combien de temps cela vous a-t-il pris ?
5 ans au total entre le démarrage et les premières récompenses aujourd’hui.

Quel est votre rapport d’étonnement ? Autrement dit, quelles surprises, bonnes ou mauvaises, cette démarche a-t-elle mises en lumière ? Qu’a-t-elle révélé de votre entreprise ?
Le personnel s’y retrouve. Il est même demandeur aujourd’hui et attend l’audit de certification comme un aboutissement de la démarche. L’évaluation pour le Prix a permis de révéler des points positifs qui n’étaient peut-être pas reconnus à son juste titre. Cette récompense valorise l’implication de l’ensemble du personnel et c’est une bonne surprise !

Quel a été, selon vous, le premier bénéfice de cette démarche ? Le second ?
Je dirais la formalisation, qui a permis d’harmoniser les pratiques, et le travail collaboratif des services.

Quelle conclusion tirez-vous a posteriori de cette démarche ?
Elle prend du temps ! L’objectif initial était que la certification soit obtenue au bout d’un an. Mais cela demande beaucoup d’implication de chacun pour oser changer ses méthodes de travail, nous sommes tous pris les actualités quotidiennes. Aujourd’hui, cela devient naturel. La conclusion est donc positive. Je pense que très peu d’établissements de formation initiale comparable au nôtre sont engagés dans une démarche qualité, c’est novateur.

Dans quelle situation se trouve aujourd’hui votre entreprise (en terme de business, de recrutement, de qualité de vie au travail, par exemple) ?
Il va très bien. Sachant que l’apprentissage (à l’image de l’emploi) est dans une période difficile, on continue à avoir des effectifs stables. Nos parties prenantes semblent avoir confiance en nous. Le passage à la grande région est un changement non négligeable, mais notre démarche qualité doit jouer un rôle et peut faire la différence. Une récompense comme ce prix est un gage de performance, démontré et validé par des personnes compétentes.

 

>> Voir d'autres témoignages dans la revue Echanges n°29