Interview de Philipe JAUNARD, Resp. Qualité Environnement de Tournus Equipement

Mercredi 24 février 2016

Tournus Equipement, PME de 224 personnes à Tournus (71), fabrique des équipements inox pour la restauration hors domicile et le commerce de poissonnerie.

Après avoir été récompensée lors des Trophées RSE Bourgogne en 2015, Tournus Equipement vient de recevoir le Coup de Coeur du Jury du Prix France Qualité Performance. 

France Qualité a interviewé Philipe JAUNARD, Responsable Qualité Environnement de Tournus Equipement…

France Qualité : A quelle occasion avez-vous décidé de vous inscrire dans une démarche de management par la Qualité ?
C’est une histoire très ancienne car la société a été certifiée ISO 9002 en 1994. Et en 2007, on a progressivement décidé d’orienter notre système de management de la qualité vers un système de management global qui intègre non plus uniquement les données de qualité produit mais aussi les données de performance sociale, économique, environnementale et sociétale.

Dans quelle situation votre entreprise se trouvait-elle à l’époque ? 
En 1992, la société venait d’être rachetée par Bernard Tapie, qui l’a réorganisée puis revendue à une famille lyonnaise. C’est dans ce contexte de réorganisation que les nouveaux responsables de l’époque ont décidé de lancer une démarche qualité. Il y a donc 2 dates  importantes dans la démarche de Tournus : d’abord 1994 qui a marqué le lancement de démarche qualité produit, puis 2007 pour la démarche qualité globale. En 2007, c’était dans une volonté d’accompagner la croissance.

Comment avez-vous concrètement mis en œuvre cette orientation stratégique ?
Sur 2007, la volonté était de faire participer tous les cadres de Tournus Equipement autour d’un comité de pilotage afin de prendre des décisions éclairées en commun. C’était de passer d’un schéma pyramidal avec un chef qui décide à un système de participation de chacun aux décisions communes. 

Comment vos collaborateurs ont-ils accueilli et accompagné la démarche ?
Assez bien car finalement chacun donnait son avis, son opinion. Dans son histoire, la société a connu de longues périodes sans gouvernance et avait donc une expérience de l’autonomie. Cette participation a par conséquent été assez bien accueillie par l’ensemble des cadres.

Combien de temps cela vous a-t-il pris ?
Ça nous prend tout le temps énormément de temps ! C’est un processus d’amélioration continue : il n’y a pas un avant, un pendant et un après. On a intégré petit à petit des données sociales, sociétales … c’est en continu. Par exemple, en 2009, on a fait un Bilan Carbone® et lancé l’éco-conception de nos produits. En 2010, on a mis en place un dispositif pour que tout le personnel participe à l’amélioration continue. Chaque année, un  nouveau thème est déployé pour participer à la performance de l’entreprise. C’est quelque chose qu’on fait vivre en permanence.

Quel est votre rapport d’étonnement ? Autrement dit, quelles surprises, bonnes ou mauvaises, cette démarche a-t-elle mises en lumière ? Qu’a-t-elle révélé de votre entreprise ?
On n’a pas eu beaucoup de difficultés a à faire adhérer les cadres, plutôt des difficultés à faite adhérer les parties prenantes : les fournisseurs, bureaux d’études, une partie de nos clients prescripteurs. Par exemple, lors de la mise en place Bilan Carbone, on a eu des réactions du type « à quoi ça sert ce truc là ? » car il n’y a pas de norme /certification sur laquelle s’appuyer. C’est donc compliqué à valoriser.
Certains de nos client ont aussi eu des inquiétudes sur nos choix de nouvelles matières premières quand on est passé à l’éco conception.
Ce n’est finalement pas tant en interne qu’en externe qu’on a rencontré des difficultés. On ne pensait pas que ça prendrait autant de temps à ce niveau là.

Quel a été, selon vous, le premier bénéfice de cette démarche ? Le second ?
Dans la mesure où une démarche de qualité performance va bénéficier aussi bien aux salariés qu’à la performance du service et du produit ou à notre gouvernance, on a des bénéfices de partout.
Le premier est d’adapter au mieux le produit / service au besoin du client : on a considérablement développer notre activité. Pour preuve, on est passé de 30 à 45 Millions d’€ de chiffre d’affaires entre 2007 et 2015.
Le fait de prendre en compte l’aspect des salariés (participation financière, management) permet de stabiliser et développer le contexte social au sein de l’entreprise.

Quelle conclusion tirez-vous a posteriori de cette démarche ?
Une démarche de qualité performance est absolument vitale pour nos entreprises. C’est vraiment une condition profonde chez nous. Si on ne met pas en parallèle la gouvernance avec la satisfaction du client, avec l’innovation, et avec les parties prenantes internes et externes, alors l’entreprise s’expose à de graves difficultés. Une démarche de qualité totale c’est un équilibre entre tous ces éléments. Une entreprise est condamnée à moyen terme sinon, on n’a pas vraiment le choix aujourd’hui.
Je parle vraiment de qualité totale, pas seulement de qualité produit : en produit, en service, en innovation et aussi en environnement.

Dans quelle situation se trouve aujourd’hui votre entreprise (en terme de business, de recrutement, de qualité de vie au travail, par exemple) ?
En l’espace de 8 ans, le chiffre d’affaire bondi de 50%, 22 personnes ont été recrutées en 2015 et on va faire la même chose en 2016. On est dans un climat social apaisé et on augmente nos parts de marché en France et à l’export. Oui, c’est grâce à la qualité.

 

>> Voir d'autres témoignages dans la revue Echanges n°29